Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Textes.théoriques «  

Les paradoxes de l'interdiction de travailler

Et voici que nous avons formé entre nous un syndicat, potentiel pour autant que nous ne savons plus quel est notre statut à nous-autres artistes. Pour définir le statut de l'artiste, nous avons décidé de jeter tous les termes existants ... Salarié, indépendant, indépendant complémentaire, chômeur, ... cela ne décrit pas la situation spécifique des artistes. Être vivant, cela nous suffit bien, à quoi bon être salarié ? Nous voulons être payé pour vivre et nous nous battrons pour faire valoir ce statut !

Les paradoxes de l'interdiction de travailler

Il y a quelques semaines, nous sommes allés rendre visite à un artiste bruxellois. Il nous a donné des documents concernant une affaire qui avait mis en faute des artistes chômeurs pour avoir exposé des oeuvres. En Belgique, une potentialité de revenu vaut pour revenu réel, et les artistes plasticiens touchent le chômage pour autant qu'ils ne travaillent pas (travailler signifiant ici réaliser des expositions, voire dessiner, filmer, concevoir un scénario, écrire un livre...). Un artiste belge se doit en effet d'être désoeuvré, n'ayant le droit - suivant les réglementations locales - de ne manier aucun de ses outils, pour autant que cette activité pourrait être susceptible de générer un revenu. C'est ainsi que s'institue au dire des artistes un droit d'expression mais aussi un droit d'association légal pour ceux qui travaille et plus ou moins illégal pour les sans-emplois, le chômeur devant renoncer temporairement aux allocations (ce qui est matériellement impossible pour lui) pour avoir le droit d'exprimer publiquement sa création. Bien heureusement nous ne sommes pas encore assez belges et pas encore suffisamment spéculatifs pour prendre une potentialité de revenu pour un revenu réel. Nous prétendons que remplir les formulaires administratifs pour avoir droit aux allocations est un emploi suffisamment pénible pour être rémunéré. Nous prétendons même faire preuve de suffisamment de créativité pour ajouter à la créativité administrative. Nous nous proposons donc d'intervenir dans les lieux où nous nous exposons, ANPE, Allocations familales, Mairie, Ministère, pour autant que c'est dans ces lieux qu'il y va de notre avenir d'être vivant prétendant toucher un revenu pour exister.

les paradoxes de l'obligation de travailler

Comme le décrit un dessin de presse parus dans le Soir illustré de Belgique, le 7 mai 1997, si l'artiste belge est exclu du chômage du fait qu'il expose(etc.), il est par ailleurs exclu du revenu s'il ne parvient pas à vendre. La position de l'artiste se trouve donc être doublement précaire: s'il ne touche pas le chômage, un artiste travaille et réalise des expositions dans l'espoir qu'un jour ses efforts seront récompensés par un emploi précaire ou un emploi sans salaire. La condition des artistes semble alors parente de celle des chômeurs non-indemnisés en ce sens qu'à la manière de certains sans emplois, ils travaillent sans être payés, sur-travaillent en étant sous-payés, sont employés sans salaire, voire paient pour travailler. Ils sont les cousins de ces employés virtuels payant pour faire des stages, payant des déplacements, des séjours à l'hôtel, des costumes dans l'espoir d'obtenir peut-être un emploi. Pourquoi faire des expositions s'il faut payer pour les réaliser et ainsi permettre à des administrateurs, des agents de l'Etat de justifier de leur emploi, de survivre (et même davantage) sur la sublimité gratuite de nos efforts ? Nous prétendons devoir être payé pour exposer. Nous prétendons aussi devoir être payé pour consommer des oeuvres d'art. C'est alors que la prophétie de Godard se réalisera: les téléspectateurs seront payés pour leur prestation, et l'on sera salarié pour avoir rempli son caddie.

Nous sommes aujourd'hui au bord de l'utopie: on peut payer pour travailler et travailler sans être payé. Nous prétendons cependant que cette utopie est beaucoup trop frileuse: en tant qu'êtres vivants, nous avons d'ailleurs nos petites idées sur la question...

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n