Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2016 «   Galerie.sur.le.toit «   2008 «  

J'étais à Mulhouse 008 cerné par la France qui se lève tôt.



J'ai été invité par la manifestation Mulhouse 008 qui réunit chaque année une sélection des diplômés des écoles d'art d'Europe(en fait juste les écoles françaises, suisses et allemandes, les frontaliers). Plusieurs tables rondes ont été programmées autour de problématiques touchant aux possibilités existant pour les artistes au sortir de l'école.

Je représentais le Syndicat Potentiel dans le forum qui s'intitulait 'Les lieux de diffusion, de création, d'acquisition'. Je devais y présenter ce qui caractérise le Syndicat Potentiel en terme d'accompagnement des artistes (Précaritas, OPA, Offre de Temps pour l'Art). Y ont également participé : une directrice d'un FRAC, une directrice d'un centre d'art, une jeune galeriste parisienne et une artiste sortie d'école d'art depuis 10 ans. J'ai essayé de défendre le fait qu'il y avait une autre façon d'envisager le rapport à la pratique artistique que le classique système d'acheteur, de propriétaire d'œuvre ou de produit disponible sur le marché, que le fait d'être présent sur le marché ne dépendait pas de la qualité du travail plastique et que le marché excluait forcément.

J'ai vite été freiné dans mon développement, notamment quand l'artiste a pris la parole pour dire comment elle avait fonctionné et comment elle s'était battue pour ne pas être au RMI en travaillant à côté et comment elle avait su attendre son tour ; comment elle avait su solliciter le conservateur des Musées de Strasbourg et que ce qui comptait c'était le travail, le travail et encore le travail. Confortée par les autres intervenants, et comme si aucun d'eux n'avait intérêt à questionner le système qui les nourrit, on a ensuite eu droit au cliché habituel de l'artiste qui a la chance de faire ce qu'il aime et que c'est un privilège finalement que d'être artiste. Qu'il fallait persister et solliciter les bonnes personnes et qu'un jour ou l'autre si on le voulait vraiment ça ne pouvait que marcher. En somme il fallait rester positif, attendre son tour et accepter d'être dans la logique libérale de ne s'occuper que de son travail, travail, travail. Être un artiste qui n'a pas conscience : de ce qui se passe autour, de la réalité du monde et faire croire que le monde est beau car en plus on le décore de nos œuvres. Inutile de vous dire que je n'ai plus dit grand chose. Sauf que quand l'artiste a dit que les artistes n'étaient pas forcément tous des RMIstes, je lui ai répondu que les RMIstes n'était pas forcément tous des Glandeurs. Dans le public il n'y a eu aucune réaction, était-ce à cause de la délibération du jury qui devait suivre et qui devait décerner un prix de 15 000 euros au meilleur artiste d'entre eux ?..

Comments

Zahra on June 8 2008 edit · delete
Oui en effet le clash était énorme.. J'y ai assisté, de loin, plutôt pour voir ce que les autres personnes sur le podium répondaient.. En tout cas ça bouillait tout autant de mon côté, ayant déjà du faire face à une des personnes intervenant, dans une toute autre situation. Je crois que le modérateur a quand meme fait une blague (suis-je la seule à l'avoir remarqué?) c'était un peu mi figue mi raisin.. enfin il a repris l'expression travailler+ ..+ .. en tout cas bravo et puis tu n'étais pas seul seul!
Zimny on June 10 2008 edit · delete
Tout à fait d'accord avec toi...

Un système est d'autant plus aveugle qu'il se perd dans sa tour d'ivoire.

Je n'ai pas le Rémi non plus, je travaille à mi-temps, mais je n'en tire aucune gloire et surtout je ne critique pas. C'est un choix qui se justifie pour soi.

L'artiste a une image, le Rmiste aussi, si ces images se confondent, cela tient certainement au fait que beaucoup croient que les deux sont des glandeurs... L'artiste est un être bohême "qui ne travaille pas vraiment" Le Rmiste est un être fénéant...

Les deux sont donc des parariste car ils coûtent( )

Imaginons qu'un jour l'argent ne sera plus le moteur d'une haine en société...

Beuys avait raison, l'argent doit être remplacée par quelque chose d'autre.
Elisabeth on June 22 2008 edit · delete
Ok le remplacer par autre chose, par quoi ? Ce sera toujours une monnaie d'échange, un troc. C'est beau l'utopie. Je n'ai pas assisté à ces entretiens, dommage, mais vous êtes aussi cerné par les fautes d'orthographe et de grammaire pour un représentant d'un bataillon de titres pompeux .... En l'occurence c'était le Frac d'Alsace, le CRAC, centre régional d'art contemporain etc.... vous êtes bien incomplet dans votre appréciation et bien méprisant. Comprenez que cela représente la réunion de 3 régions, la Suisse, l'Allemagne, la France (juste....pardon) forcément pour une ville qui se trouve au point central de ces 3 pays. Cela s'appelle la 'Regio' Au fur et à mesure, y sont intégrés les étudiants choisis par d'autres pays, c'est un tremplin pour eux. Ceci a aussi un certain coût et a le mérite d'exister.
Frantz on June 22 2008 edit · delete
Elisabeth :

Quelle agressivité dans votre commentaire! et non! ce n'était pas le frac Alsace ou le crac etc.... c'est clair que vous n'y étiez pas, alors vaut mieux ne pas parler de ce que vous ne savez pas. je n'ai jamais dis que cela n'avait pas le mérite d'exister en plus et pour le pompeux je vous laisse a votre subjectivité. et pour les fautes c'est peut être par ce que je ne me lève pas assez tôt.



Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n