Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2016 «   Archives 2011 «  

14 au 17 avril 2011 - Le crime était presque parfait - Pascale Spengler, Dominique Starck, Pierre Aouston & Galaad el Goaster



-MG-7350-web1024.jpg
Le crime était presque parfait
PERFORMANCE! PERFORMANCES!
14-15-16-17 Avril 2011



Jeudi 14 Avril à 20H
Pierre Aouston & Galaad el Goaster
Ffoot-ffffoEME
(Performance Danse Poésie)
-MG-7312-web1024.jpg
-MG-7311-web1024.jpg

Vendredi 15 Avril à 20H
Dominique Starck
Coqueliquot Confession d’une hérétique
(Performance Danse Butoh)
-MG-7332-web1024.jpg
-MG-7331-web1024.jpg

Samedi 16 Avril à 20H
Pascale Spengler
"Pour finir : écrire !" - je suis ce que je ne suis pas - (action : projeter)
-MG-7346-web1024.jpg
-MG-7350-web1024.jpg

Dimanche 17 Avril à 17H
Pascale Spengler, Dominique Starck, Pierre Aouston & Galaad el Goaster
Pôt pourri (Performance Action Projection Danse Poésie Butoh)
carton-performances2.jpg


Les Performeurs :


Capture-d-ecran-2011-03-22-a-22-46-48.jpg
Pierre Louis Aouston

Pierre Louis AOUSTON plasticien, performeur dans les mouvements de la parole.
Tout en ayant le désir de suivre les pères de la poésie contemporaine et de rendre actif mon travail poétique, je n’en suis plus à vouloir extraire le poème de la page, de « passif » qu’il était au plus profond du livre comme Bernard Heidsieck le dit et peut le faire avec un grand bonheur.
Pour moi, il n’est pas question de sortir la poésie du livre mais il faut fusionner la poésie dans l’image et mêler l’image avec la poésie. Une mise en condition, créatrice d’une nouvelle écriture poétique, conséquente du Monde-image où les mots croisent des territoires-sujet essentiels dans la bourse-image quotidienne de notre société, voir Universel, pour dire une poésie d’aujourd’hui, simplement.


Piere Louis Aouston est né en 1963, vit et travaille à Strasbourg.
Il est Diplômé de l’ESAD Strasbourg en 1991 puis membre co-fondateur de l’association le Faubourg en 1992.
Bourse d’aide à la créationde la DRAC Alsace en 2000, 2006 et en 2009
Achat d’une œuvre vidéo « le prédateur poétique » par le F.R.A.C. Alsace en 2005
Prix du CEAAC en 1999

Nombreuses Performances et expositions à Strasbourg (Hautepierre, accélérateur de particules, Ososphère, Syndicat potentiel, La chaufferie, Apollonia, Médiathèque A. Malraux, etc. ) et Ailleurs : au Festival Expoésie en 2009 à Périgueux, au Festival « Les Arts au vert » le Maettlé, 2009, office du tourisme de Saverne 2008, à l’Ecole Régionale des Beaux Arts de Dunkerque 2004, au Centre d’Art Contemporain Parc Saint Léger de Pougues-les-Eaux 2001, au C.R.A.C Alsace à Altkirch, 1998

Lien : Pierre Aouston


Galaad el Goaster

Né en 1978, Galaad Le Goaster poursuit des études d'Arts du Spectacle Cinéma à l'Université de Haute Bretagne Rennes 2 jusqu'en Maîtrise. Initié aux techniques de cadrage, de montage et de jeu d'acteur, il se lance dans la réalisation (six court-métrages à ce jour).

Spécialiste du cinéma américain, et depuis toujours particulièrement sensible à son aspect chorégraphique, il entre dans la danse en février 2005. Il se forme auprès de chorégraphes tels que Julyen Hamilton ou Simone Forti et participe au festival Nouvelles Danse de Strasbourg (Pôle Sud) en 2006 avec Olga Mesa. Il fonde avec Marjorie Burger-Chassignet la compagnie SomeBody. Il y approfondit son travail et sa réflexion sur la danse, le cinéma, la vidéo et développe son goût pour les textes poétiques pré-écrits et improvisés, et pour l’usage de la voix parlée et chantée.

Parallèlement, il poursuit ses activités de vidéaste (avec les compagnies Le Grand Jeu et 01 Studio), de critique (dans la revue de cinéma Eclipses, notamment) et de chanteur-parolier au sein du groupe Wunderklub. (http://www.myspace.com/wunderklub)

Il suit aussi l'enseignement de la méthode Feldenkraïs, du contact-improvisation et pratique la technique Alexander et le yoga.

Galaad Le Goaster travaille actuellement avec la compagnie de danse La Brèche / Aurélie Gandit (Nancy) pour sa prochaine création 2010-2011, une conférence dansée intitulée La variété française est un monstre gluant co-produite par la scène nationale de Bar-le-Duc.
En tant que marionnettiste, il joue avec la Compagnie du Coin qui tourne (Strasbourg) dans Ce(ux) que j’emporte avec moi, spectacle programmé au festival Momix/Kingersheim en 2010, pour la tournée des Régionales 2010-2011 en Alsace ainsi qu’à l’étranger.

En 2010-2011, il collaborera avec le chorégraphe et plasticien Robin Decourcy (compagnie Louseinmore, Marseille) sur le spectacle Arthur, tu t’appelleras Arthur, mon fils.


Capture-d-ecran-2011-03-22-a-23-32-55.jpg
Dominique Starck

Dominique Starck est peintre, chorégraphe, danseur et enseignant de yoga.
Il vit à Seebach dans le nord de l’Alsace.

A l’École des Arts Décoratifs de Strasbourg, il suit les conseils de Sarkis, Jean-Marie Krauth, Claude Rossignol et Thomas Soriano. Il est diplômé en 1988.
Au cours du premier voyage d’école à Paris, il voit une troublante exposition de Joseph Beuys. Quelques années plus tard, il se passionne pour l’œuvre de l’artiste allemand et se prépare à le rencontrer à Düsseldorf. Il obtient une bourse pour y étudier à la Kunstakademie le mois suivant le décès de Joseph Beuys. C’est le peintre Konrad Klapheck qui l’accueille dans son atelier.
En parallèle, il étudie à sa façon l’histoire d’un certain cinéma ( Straub et Huillet, Tarkovsky, Paradjanov, Bresson, Godard…) Il s’amuse à regarder dix fois le même film et à dessiner dans le noir des salles avec pour modèle l’image cinématographique.
D’après ces dessins, il réalise la série de peintures Les sept grands silences.

En 1991, il est lauréat du prix du CEAAC à Strasbourg.

En 1991, Dominique Starck rencontre Masaki Iwana, une des figures marquantes de la danse butoh japonaise. Deux ans plus tard, il démarre une carrière de danseur créant de nombreuses performances dans des lieux d’exposition et des petits théâtres entre Strasbourg et Paris.
Il se forme aussi en danse contemporaine auprès de Hervé Diasnas, Claude Coldy, Dominique Boivin, Julyen Hamilton et participe à des créations de Félix Ruckert (Ring), Odile Duboc et Toméo Vergès.

En 1998, soutenu par une mécène, Dominique Starck organise une importante exposition du peintre et ami Denis Schneider à l’Espace Alternance à Strasbourg. Masaki Iwana danse Iokanaan dans l’exposition et Dominique Starck y crée  Poussière de rose , son premier spectacle en collaboration avec des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg.

Entre 2000 et 2002, Dominique Starck est invité par la compagnie Faim de siècle à danser au Downtown Art Festival de New-York, au théâtre Robert Lepage à Québec,au Mess Festival de Sarajevo ainsi que sur plusieurs scènes nationales françaises (Paris, Nantes, Belfort).

En 2006 et 2007, il est invité en résidence à Novi Sad en Serbie pour créer un spectacle dans le cadre du Festival Infant

En 2008 il est lauréat d’une bourse du Conseil Général du Bas-Rhin : Offre de Temps pour l’Art

Quelques créations récentes
2002 Ange de feu pour trois danseurs, dont sa nièce de 10 ans et cinq musiciens sur une musique composée par René Bastian
Embuscade avec la pianiste Hélène Schwartz.
2003 Corps et cris, spectacle de plein air en collaboration avec le plasticien Robert Goddard et le musicien René Bastian.
2006 Mi-fou à l’espace Agitato à Cronenbourg et au Syndicat Potentiel à Strasbourg.
2007-2008 Soleil blanc à Strasbourg, Karlsruhe, Argenton-sur-Creuse et Paris.

Contact : dominique.starck@laposte.net


Capture-d-ecran-2011-03-22-a-23-09-32.jpg
Pascale Spengler

Pascale Spengler est née en 1957 à Minversheim. Elle a grandi dans un petit village alsacien. Elle était la fille de parents paysans. Elle lisait ses livres en cachette. Le travail dans les champs était jugé plus utile que la littérature. Heureusement un collège fut construit dans un petit bourg à côté. Elle a longtemps détesté son milieu d’origine qu’elle jugeait frustre. Elle en gardera une sorte de fascination comme Handke pour les vies misérables et étriquées.

Elle s'est formée au "Tiers théâtre", un  théâtre de corps, dans la filiation de l'Odin Teatret et de Grotowski, elle a joué de nombreux rôles, de Macha de "La mouette" de Tchekhov à Elle. Elle partage son activité artistique en différents pôles complémentaires. C’était pour elle sa manière de chercher son langage artistique à la croisée des sentiers qui bifurquent, 
Prix du Centre Européen d’Actions Artistiques à Strasbourg en 1988 pour l’écriture urbaine avec les animaux blancs.
Diplôme d'état d'enseignement du théâtre en 2006
Plasticienne, comédienne, performeuse et metteur en scène, Pascale Spengler explore des œuvres offrant des univers très contrastés tels que Samuel Beckett, Bertolt Brecht, Heiner Müller, Bernard Marie Koltès, Mahmoud Darwich, Francis Ponge, Godard, Borgès, etc.  et sa propre écriture
Avec le Collectif de Théâtre Les Foirades dont elle assure la direction artistique depuis une vingtaine d’années, elle promeut un théâtre à la recherche d'écritures scéniques montrant  les zones d’influences réciproques dans lesquelles les formes d'art circulent, s’échangent et se nourrissent entre elles, bouleversant les disciplines de l’art, la délimitation des objets et les méthodologies.

Mises en scène et performances récentes

2001-2002 “En attendant Godot“ de Samuel Beckett

2003-2004 “Initiales SK“ le cas Sarah Kane - Projet de coopération culturelle franco-serbe avec le Human Teatar de Novi Sad

2004-2005 DIE KORREKTUR - "La Correction" de Heiner Müller- Projet de coopération culturelle franco-serbe avec le Human Teatar de Novi Sad

2005-2007 - "Prétexte 68 avec Introspection et Appel au secours" de Peter Handke,  "la Déposition" de Thierry Simon et "Sortie de Secours"de Pascale Spengler avec les Taps de Strasbourg et le Théâtre-Studio d'Alfortville

2007 "Au dernier soir sur cette terre", Hommage à MAHMOUD DARWICH - Récits en chantier : "quand écrire tombe la frontière", Festival Strasbourg Méditerranée, Salle de la Bourse, Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, Festival Strasbourg Méditerranée

2008 « Carnets urbains #1&2 de Sarah Wankler » Dispositif multi-média, Friche Laiterie de Strasbourg et "Le Labo des Batlebooth", Dispositif multi-média, la Friche Mode d'Emploi

2009 Scène ouverte 4 - La 37ème image - Dispositif multi-média. Projets Fédérateurs Friche Laiterie, Strasbourg.

2009 Transposition scénique du récit de Mahmoud Darwich : "Une mémoire pour l’oubli", Festival Strasbourg Méditerranée, TAPS Gare Strasbourg et la Ville de Clermont-Ferrand et "Carnet de note : dialogue avec un homme mort HM", Friche Laiterie. Projets Inculto

2010-2012 "Passion Godard deuxième ! Les dernières minutes d'Adrienne." Présentation d'une premier état d'un "work in progress" à la Friche Laiterie . Travail de recherche dans le cercle de Godard, Borgès, Mac Luhan, pour comprendre les média. Chaque nouvel épisode de cette aventure artistique se veut un essai d'une écriture scénique multi-média auprès d'un public, ses réactions nourrissent cette écriture  en cours d'élaboration. Création au Taps-Gare début Janvier 2012  

Collectif Les Foirades



Au Syndicat Potentiel - 13 rue des couples, Strasbourg
Entrée Libre

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n