Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2016 «   Archives 1998 «  

1998 - Situations - Walter Van Broekhuizen (NL)



broekhuizen1.jpg
broekhuizen4.jpg

broekhuizen2.jpg

26/09 au 18/10/98: “Situations”, Walter Van Broekhuizen, Amsterdam (NL) en collaboration avec ACECA

Embarrassantes «Situations» au Faubourg

Artiste en résidence à l'Académie Royale d'Amsterdam, Walter van Broekhuizen est l'invité de l'association strasbourgeoise Lézarts. Une exposition qui déstabilise. Un sombre corridor réalisé avec de grandes feuilles plastifiées noires. Le visiteur y pénètre à tâtons. « C'est déjà une manière de le mettre en situation. Pas vraiment une mise en danger mais quelque chose qui crée de l'incertitude », dit Walter van Broekhuizen, le sourire plus facétieux que pervers.

L'image anodine d'un sapin

Tout son travail fonctionne sur ce jeu-là, qui utilise ici la lumière et les objets de récupération : une déstabilisation du spectateur, qu'illlustrent les trois installations montées à la galerie du Faubourg. Celle-ci prête son local à l'association Lézarts, instigatrice d'une exposition assez justement intitulée Situations. Exemple : dans Spotligths, le spectateur affronte un énorme plan incliné, constellé de lampes de bureau braquées vers un fauteuil aux pieds sciés, au dossier penché en arrière, qui vous donne une désagréable impression de déséquilibre. Entre les feux de la rampe et l'interrogatoire au quai des Orfèvres... Avec Light gun, Broekhuizen applique sa propre critique des armes. Un petit projecteur fixé à l'extrémité d'un tube d'aluminium projette sa lumière à travers une diapositive -l'image anodine d'un sapin- dont on découvre l'image en collant ses yeux dans des lunettes placées à l'autre bout de l'engin. Un peu comme si on plaçait son visage contre le double-canon d'un fusil de chasse interstellaire. Dans ce jeu du bon-vouloir de l'artiste, Light man est la pièce la plus « passive » : des tubes de néons et une lampe ronde forment au sol une figure humaine. Initialement, l'oeuvre était placée sur une table dans un rappel lointain à la célèbre Leçon d'anatomie de Rembrandt. Longtemps hanté par la mer et le voyage, -thèmes assez attendus pour un Hollandais oeuvrant à Amsterdam- Broeckhuizen investit, au sortir de deux années de résidence à l'Académie Royale (Rijksakademie), de nouveaux territoires -un imaginaire qui flirte avec la jouissance perverse du Maître dominant le jeu qu'un visiteur innocent acceptera de pratiquer. Sauf, et la différence est là, que « le visiteur n'est pas forcé d'emprunter le sombre corridor, de s'asseoir dans Spotlights ou de regarder dans Light gun », précise l'artiste. Libre à chacun, en effet, d'assumer les embarrassantes « Situations » de Broekchuizen...


SH DNA

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n