Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Archives 1992-2016 «   Archives 1998 «  

1998 - Archives du capitalisme - Bureau d'etudes Bonaccini/Fourt/Fohr



archi2.jpg
bonbons.jpg

archi6.jpg

archives8.jpg

archives7.jpg

archives3.jpg

3/10 au 18/10/98 : “Archives du capitalisme”, Bonaccini/Fourt/Fohr, installation, Strasbourg, Paris

Trois plasticiens pour un nouveau parlement

Expo au Faubourg. Un espace mental... Depuis 1992, Léonore Bonaccini, Andreas Fohr et Xavier Fourt montent des installations sur des sujets d'actualité, en toute candeur et curiosité, disent-ils. Leurs choix, loin d'être innocents, s'appelaient « Il n'y a pas de propriété privée des idées » à Mulhouse en 1997 et « Suicide-club » déjà au Faubourg en 95. Ces trois plasticiens formés en section multimédia à Strasbourg invitent maintenant à fouiller dans « les archives du capitalisme » et proposent la création d'un nouveau parlement, celui des pouvoirs dont ils tentent de matérialiser l'existence bien réelle quoique non visible. L'espace est donc mis en tension, quand ce ne serait que par les extenseurs qui fixent ici une table très directoriale, et maintenant « Pensons » : organigramme des groupes industriels et financiers du monde entier, dossiers, conditionnement du visiteur qui est prié de mettre ses pas sur un tapis et pas ailleurs devant un miroir qui le piège. Alors, il peut apprécier la maquette proposée pour ce parlement sans siège et qui doit concrétiser son existence. Les portraits des dirigeants sont déjà présentés sur tige pour de futures manifestations : André Lévy-Lang, patron de Paribas, et Worms, patron de la banque du même nom, attendent pour l'instant, comme acteurs shakespeariens, mais peuvent à tout moment, à tout mouvement prendre de la hauteur dans le défilé. Un espace mental, et cette proposition d'architectures d'intérieur et d'extérieur invite à la réflexion. Familièrement dit, l'idée est bonne, et contestataire. Peut-être qu'en entrant dans la première salle, sous un grand filet vert, le visiteur est-il déjà la proie du système. Et ces nouveaux Candide de cultiver leur jardin, espérant présenter leur installation au Parlement européen. J

Comments




Share
Information channels
Recent files
Recent comments
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n