Skip to main content Help Control Panel

Syndicat Potentiel Strasbourg

Lieu de création, de rencontres et d'expériences artistiques

Home «   Categories «  

Université tangente

on Feb. 17

09 mars au 01 avril 2017 - 25 ans Association Le Faubourg / Syndicat Potentiel(s)

03:31 pm ~ 2017 ~ Bureau d'études ~ Haute école des Arts du Rhin - Esad Strasbourg

13724887-515275375333990-451899319767739256-o.jpg
Mise en archéologie du lieu - Zones de Gratuité - Cabinet de curiosité - Archives - Comptabilité - Piscine de citations - Editions - Contributions libres* - Bureau d’Etudes - Université tangente - Pttl - Université pirate - Lundi Matin - Francis guerrero - Precaritas - Cartothèque - Boutique


Capture-d-e-cran-2017-03-29-a-16-16-49.jpg
Capture-d-e-cran-2017-03-29-a-16-16-29.jpg

Depuis 25 ans, au cœur de Strasbourg, l’association Le Faubourg met en œuvre l’ensemble des actions du Syndicat Potentiel en coordonnant ce lieu d’exposition orienté vers les formes de création les plus actuelles et anime ce foyer de rencontres artistiques et de débats ouvert sur une multitude d’artistes et d’acteurs locaux.


Capture-d-e-cran-2017-03-29-a-16-16-13.jpg
Capture-d-e-cran-2017-03-29-a-16-15-37.jpg

Crée à l’initiative d’une dizaine d’étudiants de l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg (actuelle Haute école des Arts du Rhin) Le Syndicat Potentiel s’affirme comme un des plus ancien espace d’exposition géré par des artistes-auteurs encore en activité en France. Depuis les années 2000 le Syndicat Potentiel a inscrit son projet dans une conception élargie de l’Art, dans ses ouvertures sur les mutations du monde, des questions de société, de ses différents champs et territoires d’intervention possibles, existants ou à créer.


carton-25-ans-copie-2.jpg

EXPOSITION
DU 10 MARS AU 01 AVRIL 2017

VERNISSAGE
JEUDI 9 MARS DE 18H A 21H

Week-End de l’Art contemporain
SAM 17 + DIM 18 MARS 14H - 20H

Rencontre-Discussion "Associations et collectifs d'artistes"
SAMEDI 1ER AVRIL 15H

Rencontre discussion en présence de membres actifs et fondateurs du Syndicat potentiel, de collectifs et d'association d'artistes, de membres de la FRAAP , dans le cadre des 25 ans du Syndicat Potentiel.
Et dernier jour pour voir l'exposition des 25 ans de l'association !

Sur Facebook : https://www.facebook.com/events/749893288520251/

Au Syndicat Potentiel, 13 rue des couples Á Strasbourg
T. +33 0(3) 88 37 08 72







*Liste en cours





















































Permalink · Discuss · Reference this page



on Nov. 5 2015

13 au 21 nov 2015 - Capitalisme alien - La Planète laboratoire

10:42 pm ~ 2015 ~ Bureau d'études ~ Université tangente

business-timeline-cover-photo-template-3pointspsd-copie.jpg
Le débat sur l’Anthropocène cherche à dater le moment où l’espèce humaine, ou une partie d’entre elle, est devenue l’agent d’une transformation majeure et irréversible de l’environnement terrestre.

L’impossibilité de déclarer une unité du projet humain sur Terre et la possibilité que les acteurs réels de cette transformation puissent être non humains invite à ouvrir une réflexion sur les fauteurs de trouble. L’hypothèse suivie ici considère que cette transformation majeure est causée par des agents “alien“, laissant ouverte les appréhensions possibles que l’on peut avoir de ce terme. L'hypothèse de travail mise en oeuvre dans l'exposition fait du capitalisme alien un champ d'abstractions gouvernant la planète. Ces abstractions racontent la planète devenue capital, mise au travail, c'est-à-dire rendue étrangère à elle-même, gérée comme une entreprise innovante. Étayée sur des simulations, des narrations technocratiques, des constructions convaincantes de faits, ces abstractions génèrent des dispositifs de capture et des espaces projectifs qui orientent nos actions, canalisent nos désirs, contrôlent les corps, légitiment les réglementations, pilotent les mutations industrielles, gouvernent scientifiquement la cognition de masse ou les subvertissent . Objets de ce laboratoire, pouvons-nous également en être les sujets ? Pouvons-nous nous réapproprier cette immense machine qui se développe aujourd'hui selon sa dynamique propre, devenue autonome ? Pouvons-nous réorienter le destin et les orientations de ce laboratoire ?

Les recherches et hypothèses utilisées ici s'inscrivent dans le champ d'investigation du groupe de travail “Alien in green“ initié par Bureau d'études et Ewen Chardronnet . Le matériel et les dispositifs présentés sont issus notamment d'un atelier réalisé, sur invitation du collectif Microsillons, avec les étudiants de la Haute Ecole d'Art et de Design de Genève .

Support The Laboratory Planet! from funkz on Vimeo.


Appel à contribution pour le tirage papier du numéro 5 du journal La Planète Laboratoire portant sur le Capitalisme alien, qui sera notamment diffusé en marge de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP21 :

Deborah Danowski & Eduardo Viveiros de Castro, Donna Haraway, Eugene Thacker, Alejandra Perez Nunez, Konrad Becker & El Iblis Shah, Matteo Pasquinelli, Pablo De Soto, Émilie Notéris, Bureau d'études, Ewen Chardronnet, ... , le sommaire du N°5 de The Laboratory Planet est presque clos. Nous avons besoins de vous pour financer l'impression, notre GOTEO atteint 50% et il nous reste 15 jours! Par ici pour une petite contribution, cela vous prendra 5 minutes! http://goteo.cc/planetelaboratoire

EXPOSITION du 13 au 21 NOV 2015
VERNISSAGE le 13 NOV 2015 À 18H

OUVERTURE DU MARDI AU SAMEDI + LE DIMANCHE 8 NOV DE 15H À 19H
ENTRÉE LIBRE

Sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1680231548881053/

Au Syndicat Potentiel, 13 rue des couples Á Strasbourg
T. +33 0(3) 88 37 08 72






905597-851064695008926-8689819622114602666-o.jpg

PRESENTATION DU PROJET

Le journal « La Planète Laboratoire » a été créé en 2007 à l'initiative de Ewen Chardronnet et du groupe d'artistes Bureau d'études qui en ont assumé ensemble la responsabilité éditoriale depuis lors.
Publication dépendant d'opportunités de financement, quatre numéros ont été publiés jusqu'à présent en 2008, 2009 et 2011, avec des tirages mixtes de 5000 copies en langue française et 5000 en langue anglaise.

La diffusion a été effectuée par les réseaux de soutien ou lors d'évènements culturels ou militants ou encore d'intervention dans le cadre d'universités.

« Depuis la Seconde guerre mondiale, la planète se transforme progressivement en laboratoire à l'échelle 1. Le vieux modèle de «planète usine» a laissé la place au modèle de la «planète laboratoire».
Objets de ce laboratoire, pouvons-nous également en être les sujets ? Pouvons-nous nous réapproprier cette immense machine qui se développe aujourd'hui selon sa dynamique propre, devenue autonome ? Pouvons-nous réorienter le destin et les orientations de ce laboratoire ? »

Le journal « La Planète Laboratoire » a été créé en 2007 à l’initiative de Ewen Chardronnet et du groupe d’artistes Bureau d’études qui en ont assumé ensemble la responsabilité éditoriale depuis lors.

Publication dépendant d’opportunités de financement, quatre numéros ont été publiés jusqu’à présent en 2008, 2009 et 2011, avec des tirages mixtes de 5000 copies en langue française et 5000 en langue anglaise. Un site internet (celui-ci) a été réalisé ou les numéros sont librement téléchargeables.

La diffusion a été effectuée par les réseaux de soutien ou lors d’évènements culturels ou militants ou encore d’intervention dans le cadre d’universités.

Objets des précédents numéros :
Numéro 1 • Pourquoi travaillons nous à notre obsolescence ? (2007)
Textes de l'Observatoire de l’évolution, Ange Valderas, Michel Tibon-Cornillot, Alioune Diop, Sophie Gosselin &David Guignebert, Konrad Becker, Xavier Inizan, Bureau d’études

Numéro 2 • Il n'est nul besoin d'espérer pour entreprendre (2008)
Textes de Bureau d'études, Brian Holmes, Konrad Becker, Nicolas Bonnet, Yves Edel et Lionel Sayag, Michel Tibon-Cornillot, Ewen Chardronnet

Numéro 3 • La planète laboratoire ou la phase terminale du nihilisme (2009)
Textes de Bureau d'études, William Engdhal, Michel Tibon-Cornillot, Ewen Chardronnet, Jean segont I, Jean- François Tabardin

Numéro 4 • La conquète de la Terre par les ordinateurs (2011)
Textes de Jean-Baptiste Labrune, Célia Izoard, Chris Chesher, Bureau d'études, Konrad Becker, Ewen Chardronnet

L'équipe actuelle est composée : Bureau d'études, Ewen Chardronnet, Konrad Becker, Brian Holmes, Émilie Notéris, Clémence Seurat, Aniara Rodado, Maria Ptqk, Benjamin Cadon, Julien Bellanger, et est susceptible de s'agrandir.

Liens
http://laboratoryplanet.org/fr/https://www.facebook.com/thelaboratoryplanet/
https://www.goteo.org/project/tirage-du-numero-5-de-la-planete-laboratoire?lang=fr
http://bureaudetudes.org/


alien2def.jpg

Permalink · Discuss · Reference this page

on Apr. 20 2006

2003 - World Monitoring ATLAS - Bureau d'etudes

03:57 pm ~ 2003 ~ Bureau d'études ~ Université tangente

Capture-d-ecran-2013-11-18-a-00-03-45.jpg
atlas5.jpg

1ère partie : 'gouvernement mondial'

Présentation de 15 nouvelles cartes réalisées par le groupe d'artistes Bureau d'études


Universite tangente actual site

Inauguration lundi 17 février à 18 h

Exposition du 18 février au 15 mars 2003

Cartes et organigrammes

La CARTE géographique est analogique : elle prétend être la copie du monde environnant. C'est à ce titre qu'elle permet de s'orienter, de se repérer quand nous sommes perdu, désorienté, que nous ne savons pas OU nous sommes. Elle transforme l'espace en un langage qui, une fois appris permet de se repérer dans ce qui lui ressemble. L'ORGANIGRAMME, lui, permet de figurer l'espace social, avec ses acteurs (institutionnels, économiques, sociaux, religieux, personnels) et ses relations ou interactions constitutives (administrative, stratégique, amicale, financière, religieuse, politique, etc.). La figuration de TOUTES les relations sociales planétaires (telle qu'elles peuvent être saisies à travers des informations qui en rendent compte) donne idéalement la CARTE de l'espace social mondial avec ses hiérarchies, ses pôles, ses idéologies. Une telle carte, dessinée à partir des relations constitutives de l'espace social, permet de s'y orienter, de savoir OU nous sommes et ou nous en sommes, voire de déterminer ce que nous avons à y faire.

Cartographie gouvernementale

La position de surplomb ouverte par la carte géographique est autorisée par l'espace physique qui peut être survolé. Mais en va-t'il de même de l'espace social mondial ? Voir zénithalement l'espace social permettrait d'agir dessus à la façon d'un général plaçant et déplaçant ses troupes, activant des affects, des représentations, des perceptions (infowar, psywar). De construire des stratégies, de mener des actions tactiques articulées entre elles. Pour cela, les acteurs sociaux devraient avoir une fixité ou du moins une permanence suffisante pour pouvoir être comparés à des choses. Mais à la différence des choses, les acteurs sociaux sont déplacés par d'autres forces, physiques bien sûr, mais surtout psychologiques (peur, jouissance, etc) et informationnelles. La carte-organigramme du pouvoir planétaire essaie de déceler et de décrire la vue zénithale à partir de laquelle un gouvernement mondial, telle ou telle division de ce gouvernement, organise la coercition et met en oeuvre ses fins au gré ou malgré les aléas de l'histoire.

Cartographies en actes

Les agences de presse autant que les gouvernements et les firmes transnationales définissent les ordres de priorité et les ordres díimportance dans les évènements du monde. Le débat mis sur la place public (et notamment líémeute), est une lutte contre le monopole sur la représentation de la réalité, le monopole de production de líinformation légitime détenue par les pouvoirs occidentaux. Quels antagonismes sont ouverts par une cartographie du dispositif de domination, par une identification des stratèges et des stratégies hégémoniques ? Il ne s'agit pas ici seulement de définir des cibles et de dessiner en négatif, des mouvements possibles, des stratégies ou alliances nécessaires. Autrement dit, il ne s'agit pas d'adopter mimétiquement le REGARD dominant. L'espace social étant traversé d'antagonismes, plusieurs cartes s'affrontent avec leurs batteries d'arguments. Chaque carte ne détermine pas de la même façon ce qui fait et ne fait pas sens. De plus, on peut lire une carte de plusieurs façons suivant la position que l'on y occupe, suivant la situation dans laquelle on la regarde. Il y a un antagonisme qui consiste à sortir de l'approche GOUVERNEMENTALE (et cervicale, pourrait-on dire) de la cartographie. La coalition des multitudes se présente comme une cartographie en acte, un opérateur de conceptualisation du genre, la manifestation d'un affect planétaire.

Stratégie de vérité

Dans une stratégie post-clausewitzienne (ou l'overkill est CE qu'il faut éviter) le vivant lui-même, son façonnage deviennent l'objet même de la guerre. Il s'agit de produire l'être et non plus de prétendre à la vérité. La politique ne se pose plus symboliquement (sinon de façon secondaire dans le cadre d'une guerre de l'information) mais biologiquement et psychiquement, par voie électromagnétique, etc. Le symbolique demeure sous la forme de l'info-war autrement dit de la stratégie de vérité (et non plus du régime de vérité). La 'vérité' est construite de façon productive, pragmatique, en fonction des effets qu'elle produit ou des buts à atteindre. On ne peut en ce sens croire à l'antagonisme entre un régime de vérité (prétendant à l'authenticité et retournant du symbolique) et une stratégie de vérité (qui se moque bien de savoir si la vérité est vraie en soi et qui s'interroge plutôt sur la diffusion, la circulation, les effets du message que sur sa production).

Guerres de l'information

'Pour les militaires, le premier but de líinformation est la prise de décisions et, donc, líaction. Meilleure est líinformation (et donc le système de renseignement), meilleure est la décision. (Ö) La guerre offensive de líinformation a pour but díaffecter líinformation circulant de líautre côté ou vers líautre côté, de telle sorte que ' leurs ' décisions soient à ' notre ' avantage. La guerre défensive de líinformation consiste à ' les ' empêcher de faire la même chose contre ' nous '' (Michel Wautelet, désinformation et cyberconflits, Observatoire Européen d'Infostratégie, Strategic-Road.com). La guerre de l'information síeffectue sur un système de traitement de données essentiel : l'être humain. ' L'esprit autant que le corps humain peuvent être trompés, manipulés, ou dé-sinformés, mais aussi anéantis ou détruits exactement comme n'importe quel autre système de traitement de données. Les données que le corps reçoit de sources externes - sources électromagnétiques, vortex, ou ondes acoustiques puissantes - ou crée à travers ses propres stimuli électriques ou chimiques, peuvent être manipulées ou modifiées de la même façon que les données de n'importe quel système matériel ' (Thomas, 'Parameters ', U.S. Army War College, 1998).

Le Syndicat potentiel décrypte le monde

Au Syndicat potentiel, rue des Couples à la Krutenau, d'énigmatiques organigrammes s'affichent sur fond jaune vif. Le Bureau d'études y décrypte le monde : qui le gouverne, comment, etc. Un jeu de piste ludique. La démarche artistique n'a pas pour seule finalité de représenter le monde en suivant au plus près les contours de la réalité. L'artiste est aussi là pour le décrypter, pour l'interpréter. Le Syndicat potentiel, collectif d'artistes autant que lieu d'exposition à « forte dimension expérimentale », travaille dans cette optique. Jusqu'au 15 mars prochain, le 13 de la rue des Couples accueille les cartographies réalisées par Xavier Fourt et Léonore Bonaccini, regroupés sous le nom de Bureau d'études. Pour la réalisation de ces représentations du monde, ils se sont adjoint l'aide de Jean-François Munier.

Influences

« L'art est une mise en mouvement », explique ce dernier. Il décrypte à l'attention du visiteur interloqué ces étranges arabesques qui ornent les murs. « Il s'agit d'identifier le gouvernement mondial », plaide l'artiste. A la façon d'un chercheur qui aurait tenté de mettre au jour les imbrications qui régissent notre planète, les artistes ont conçu de vastes organigrammes censés éclairer les « trois monothéismes », « le gouvernement mondial », et la « concentration des médias ». Des pictogrammes stylisés représentent les gouvernements, les acteurs économiques, actionnaires et filiales, les associations, et « les influences qu'ont les uns sur les autres »... Les artistes, après de longues recherches, ont ainsi élaboré une représentation schématique d'un monde « mondialisé » qu'ils dénoncent. « On est submergé par des flux d'informations, mais très peu permettent de redonner un sens, de relier les choses », analyse Jean-François Munier. Le simple fait de se pencher sur ces cartes permet en tout cas de s'interroger sur le fonctionnement du vaste monde...

DT

Permalink · Discuss · Reference this page

on Apr. 21 2006

2001 - Rencontres: savoirs autonomes - Université Tangente

03:48 pm ~ 2001 ~ Bureau d'études ~ Histoire et Anthropologie

Capture-d-ecran-2013-11-17-a-23-27-29.jpg
1ere partie: documentaires

Xavier Fourt - Alain Dichant - Franck Michel - Léonore Bonaccini - Aggée Lomo Myazhiom - Jeff Mugnier


Rencontres et projections organisées par Université Tangente - http://utangente.free.fr

Dimanche 04 novembre 2001
  • 12 h Rencontre discussion entre les participants et Université Tangente
  • 16 h Projection du film Intégration à l'Africaine de Michael Hoare 1999 - 98? - 1ère partie, suivie d'une discussion
  • 20 h Projection du film Intégration à l'Africaine de Michael Hoare 1999 - 98? - 2ème partie, suivie d'une discussion


Lundi 05 novembre 2001
  • 10 h Discussion sur une image : narrations de la différence par Marion von Osten suivie de la Projections discussion : la manipulation de l'information dans différents pays européens pendant la première guerre mondiale par Gilles Wolfs
  • 14 h Projection de Appelez-moi Josse, 2001 par Plus tôt te laat et Mark Saunders, vidéo et démocratie participative
  • 18 h Projection du film Ceux des Fast Food, 45' -1999, de Christophe d'Hallivillée, en sa présence, suivie d'une discussion
  • 20 h Projection du film La vérité ment à Rostock de Mark Saunders (UK), 78' - 1993 en sa présence suivie d'une discussion


Mardi 06 novembre 2001
  • 18 h Cinéma à une seule image par Pierre Aouston, projectionniste - acteur
  • 20 h discussion bilan et critique sur cette rencontre et sur les projets à venir

Permalink · Discuss · 1 link · Reference this page

on Nov. 15 2006

2006 - La Belle au Bois Dormant - Bureaud'études

02:12 pm ~ 2006 ~ Bureau d'études ~ Université tangente

journalbdeok.jpg venez retirer le journal gratuit au syndicat potentiel
Jeudi 16 novembre 2006 à 18h30, rencontre avec le groupe d'artistes Bureau d'études (xavier four et léonore Bonaccini, membres fondateurs de l'association Faubourg et du Syndicat Potentiel) qui nous présenteront leur toute derniere édition, le Journal 'La Belle au Bois Dormant'

Extrait :

Contre les princes charmants en tout genre.

L'industrie, en multipliant le vivant comme des objets, a transféré la sacralité du vivant dans sa valeur économique. L'économie comme théologie sécularisée a constitué l'invention techno-scientifique comme son Prince charmant. La guerre technologique infinie, cette répétition éternelle des choses dans leur progrès programmé, se pose elle-même comme fin de l'histoire, autrement dit, comme apocalypse. Quand les événements entrent dans un processus de gestion à la façon dont un process industriel décrit un ensemble de tâches à réaliser ou à la façon dont un film déroule une histoire préécrite, le temps, envoûté, ne passe plus. Cet envoûtement est le sommeil jeté sur le château par la mauvaise sorcière. C'est pourquoi la planète n'est libérée de ce sort qu'en découvrant sa précarité, son caractère passager. Elle n'est pas libérée par le prince techno-scientifique qui la viole dans son sommeil. Elle ne se libère pas elle-même. Elle est libérée à la façon d'une graine qui, sous la poussée de forces ascensionnelles, se désintègre lentement pour devenir plante.

Conférence de Bureau d’études Mercredi 15 novembre 2006 à 17h Amphithéâtre du Quai, Ecole supérieure d’art de Mulhouse, 3 quai des Pêcheurs, 68200 Mulhouse

«Dans les outils cartographiques, il faut distinguer la carte géographique permettant de s’orienter dans l’espace, de la carte d’organisation qui permet de s’orienter dans une complexité sociale ou symbolique. Nous avons réalisé des cartes dans ces deux domaines. On ne peut pas dire que la carte géographique n’est pas le territoire, elle lui ressemble et c’est ce qui permet de ne pas tourner en rond, de nous orienter dans l’espace, de percevoir, d’agir, de se déplacer ou de transformer un territoire. Avec les cartes de l’organisation sociale, il n’existe pas de latitudes et longitudes ni de techniques similaires à la topographie. Une «image-boussole» d’une organisation sociale permet néanmoins de percevoir ces objets invisibles que sont les relations et les pouvoirs dans la société en donnant des formes à des savoirs juridiques, institutionnels, financiers, sociologiques, anthropologiques, psychologiques, historiques…»

Lien vers le site de l'université tangente, le site de Bureau d'études contenant leur textes et organigrammes ainsi que des contributions de Brian Homes, Francois Deck, Peter Watkins...

Permalink · Discuss · Reference this page

on Apr. 20 2006

2002 - Refuse the Biopolice (Infoshop) - Bureau d'etudes

04:31 pm ~ 2002 ~ Bureau d'études ~ Université tangente

infoshop66.jpg
Recherches et informations sur les systèmes de contrôles contemporains - organigrammes peints et imprimés - accés internet

Juin - Juillet 2002

Permalink · Discuss · Reference this page

2002 - Images, clichés et idéologies - Université Tangente

04:34 pm ~ 2002 ~ Bureau d'études ~ Histoire et Anthropologie

Rencontres - débats - projections par Université Tangente

1ère partie : Le temps des prédateurs - le 4 mai 2002

2ème partie : Stratégies contemporaines (Manipulations, leurres et impérialismes) - le 1er juin 2002

Permalink · Discuss · Reference this page


Information channels
Recent pages
AddThis Social Bookmark Button
AddThis Feed Button
\t\n